Vous êtes ici : Accueil FRPublicationsOuvrages

  • Recherche,

Les paradoxes du développement. Sociologie politique des dispositifs de normalisation des populations

Publié le 4 avril 2018

Un ouvrage de Raphaelle Parizet, maitre de conférences en science politique, université Paris-Est Créteil (UPEC)

Date(s)

le 22 avril 2015

Issu d’une longue enquête ethnographique menée entre 2009 et 2012, l’ouvrage propose une sociologie critique des politiques de développement qui concernent les populations indiennes du Mexique depuis la fin des années 1990. Raphaëlle Parizet étudie la prise en charge publique de la question autochtone comme un « art de gouverner », dans le sens que lui avait donné Michel Foucault. L’ouvrage étudie la manière dont les dispositifs de développement contribuent à inscrire la question de l’identité dans un registre construit comme non politique et permet de tenir à distance les dimensions politiques de l’indianité. C’est en sens que Raphaëlle Parizet considère que le développement est érigé en impératif dont les visées sont fondamentalement politiques : dans le contexte de la région du Chiapas où les populations marquées par une disqualification sociale sont potentiellement contestataires de l’ordre social et politique, l’objectif pour les agences nationales et onusiennes de développement est de pacifier les rapports sociaux, de contourner les dimensions politiques de la question autochtone et de responsabiliser individuellement les indiens face à leur «problème de développement ».


Auteur : 
Raphaelle Parizet, maitre de conférences en science politique, université Paris-Est Créteil (UPEC)