Vous êtes ici : Accueil FRPublicationsOuvrages

  • Recherche,

La communication politique française après le tournant de 2002

Publié le 26 juin 2008

Un ouvrage de Philippe J. Maarek, professeur à l'Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne et membre du Largotec.

Date(s)

le 26 juin 2008

Résumé
Maintes explications furent données de la défaite au premier tour des élections présidentielles 2002 de Lionel Jospin, qui vint « Comme un coup de tonnerre ». Ce livre, issu du séminaire de recherche 2002-2003 du Centre d'études comparées en communication politique et publique (Ceccopop) de l'Université Paris 12 Val de Marne en donne quelques clefs sous l'angle de la communication politique.

Les approches méthodologiques et intellectuelles différentes de ses seize auteurs ou co-auteurs se recoupent pour donner un état souvent neuf de la communication politique moderne en France.

Sont explicitées la notion de « dessillement » d'un électorat, qui n'est plus dupe des stratégies de communication des hommes politiques, ou l'influence des nouveaux « médias informatisés ». Plusieurs auteurs exposent l'impéritie des sondages en France qui en fait de nouveaux artéfacts dangereux, produisant un effet opacifiant et manipulateur. Du positionnement faussement décalé et très étudié d'Olivier Besancenot à l'incohérence de la posture de communication de Lionel Jospin, les campagnes des candidats sont passées au crible afin d'indiquer les évolutions qu'elles traduisent. L'ouvrage amène ainsi à se poser la question des limites de la professionnalisation de la communication politique moderne, devenue presque un danger pour la démocratie si elle est mal maîtrisée.

Des analyses italiennes, espagnoles et québécoises complètent cet ouvrage, en montrant notamment comment les médias de nos deux voisins ont tenté d'exorcicer le risque qu'une situation analogue se reproduise chez eux. L'influence du 21 avril sur le résultat des élections régionales de 2004 est également évoquée.

L'ouvrage est publié sous la direction de Philippe J. Maareck, professeur en Sciences de l'information et de la communication, directeur et co-fondateur du département de Communication politique et publique de l'Université de Paris 12.

Fondateur et animateur du Ceccopop, il préside la section de recherches en Communication politique de l'Association pour les études et recherches en information et communication (AIERI/IAMCR), après avoir présidé le Comité de recherche homologue de l'Association internationale de science politique.

Il fait partie des comités éditoriaux de The european Journal of Communication, The Journal of Political Marketing, et de Communicazione Politica. Il a notamment publié Communication et marketing de l'homme politique (Litec, 2001, 2e édition), qui a été traduit en anglais et en espagnol, et Political Communication in a New Era (avec Gadi Wolfsfeld, Routledge, 2003).

A propos de l'auteur
Philippe J. Maarek est professeur à l'Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne.