Vous êtes ici : Accueil FRPublicationsOuvrages

  • Recherche,

L'Etat moralisateur : Regard interdisciplinaire sur les liens contemporains entre la morale et l'action publique

Publié le 30 mars 2018

Un ouvrage de Cédric Groulier est docteur en droit public.

Date(s)

le 1 septembre 2014

Moraliser constituerait-il le nouveau credo des responsables politiques ? Qu'ils prétendent humaniser le monde de la finance ou décrètent un « choc de moralisation » de la vie publique, ils professent aujourd'hui volontiers la vertu. L'idée du bien et du mal constitue du reste le ressort de nombreuses politiques de prévention qui cherchent à favoriser les bonnes habitudes alimentaires, les bons gestes, les bonnes pratiques... et stigmatisent les conduites à risques. Certes, la morale a pu de tout temps inspirer l'action publique, mais le phénomène a pris un relief significatif ces dernières années, au point qu'émerge une figure d'État moralisateur. Qu'elle se manifeste ouvertement ou de manière plus souterraine, cette moralisation emprunte des vecteurs variés, allant de la contrainte juridique directe à des formes de normativité plus douces, reposant sur l'intériorisation individuelle des valeurs promues : recommandations, codes de bonne conduite, chartes d'éthique... Ce phénomène conduit inévitablement à s'interroger sur les raisons qui portent l'État à jouer ce rôle de « donneur de leçons». Y est-il incité par la prégnance des enjeux liés aux valeurs dans le monde contemporain ? Ou est-ce pour lui une manière de se protéger dans une société averse au risque et gagnée par une culture de la précaution ? À moins qu'investir le registre moral ne marque le repositionnement d'un État-Providence en crise, privé de ses moyens d'action traditionnels et lui-même soumis aux injonctions de la bonne gouvernance ? Si l'on peut suspecter l'État de ne pas toujours être légitime à faire la morale, cette posture ne lui permet-elle pas aussi de refonder sa légitimité ?


Auteur :
Cédric Groulier est docteur en droit public. Il a soutenu une thèse intitulée Norme permissive et droit public en décembre 2006, à l’Université de Limoges. Maître de conférences à l’IEP de Toulouse. et membre associé de l’Institut Maurice Hauriou – Université Toulouse 1 Capitole