Vous êtes ici : Accueil FRPublicationsLargotec'Infos

  • Recherche,

Largotec'Infos n°14 - Novembre 2012

Vers la création d'un laboratoire interdisciplinaire d'étude du politique

 ÉDITORIAL
Vers la création d’un laboratoire interdisciplinaire d’étude du politique à Paris-Est

Le paysage de la science politique et des études du politique à Paris-Est connaît une forte mutation. Alors que cette discipline et ce champ universitaire y sont encore aujourd’hui trop peu visibles et éclatés, d’importants projets de restructurations sont en cours d’élaboration cette année. Ces projets sont portés par plusieurs acteurs, un collectif d’universitaires organisé en groupe de travail pour le développement de la science politique à Paris-Est, des composantes (comme l’AEI et l’IPAG) et des départements des deux universités Paris Est Créteil et Paris Est Marne-la-Vallée, des unités de recherche telles que le LARGOTEC et le laboratoire ESPACES, ETHIQUES ET POLITIQUES, les présidences de nos deux universités ainsi que par des initiatives individuelles de collègues intéressés par ce projet.
Toutes ces forces convergent vers un même objectif : structurer la formation et la recherche en science politique et en étude du politique au sein de l’est francilien.

Parmi les projets en cours, figure en bonne place la fusion projetée de nos deux laboratoires, le LARGOTEC (UPEC) et le laboratoire ESPACES, ETHIQUES ET POLITIQUES (UPEMLV) qui donnera naissance à un nouveau laboratoire interdisciplinaire d’études du politique.

Pourquoi un tel projet ? La recherche en science politique et plus largement sur le politique est fondamentale pour une grande université multidisciplinaire car elle promeut, avec d’autres mais de manière vigoureuse et rigoureuse, une approche critique des mécanismes et des relations de pouvoir à l’oeuvre dans nos sociétés. Soumettre à la critique constitue souvent la première étape permettant de remettre en cause les « vérités acquises », c’est faire entendre la voix du pluralisme dans les sciences sociales, c’est contester l’hégémonie d’une science – quelle qu’elle soit – sur les autres, en d’autres termes, c’est apprendre à discuter, à débattre et à mettre en perspectives. D’où l’importance de ne pas réserver l’étude du politique aux politistes mais de l’enrichir par les apports de la sociologie, de la philosophie, des sciences de l’information et de la communication, de l’histoire, du droit, de l’économie et d’une manière générale de toutes les sciences sociales.

Cette interdisciplinarité qui constituera la force de ce nouveau laboratoire, et qui nous est habituelle, façonne également une exigence qui lui est propre : celle de la détermination d’objets de recherche spécifiques, originaux et peu nombreux qui nous lient puisque ce lien n’est pas fourni par notre appartenance à une même discipline académique. La recherche sur la gouvernance en fournit un, que ce soit dans une démarche comparative internationale ou par l’étude de certaines politiques publiques, la recherche sur les normes et la normativité qu’elle soit juridique, sociologique ou morale en fournit un autre comme en témoignera le colloque « L’État moralisateur » organisé le 31 janvier et 1er février prochains par le LARGOTEC sous la responsabilité de Cédric Groulier en partenariat avec le laboratoire ESPACES, ETHIQUES ET POLITIQUES (cf. p.9). La recherche sur la gouvernance actuelle des sociétés d’un côté, celle sur la normativité contemporaine de l’autre constituent deux objets déterminants pour qui veut comprendre comment les sociétés contemporaines sont gouvernées. Elles seront donc au coeur du programme scientifique de notre nouveau laboratoire.
Yves PALAU
Directeur du LARGOTEC
Largotec

  • Dates
    Créé le 30 novembre 2012